PER ANKH Martinique :

L’Institut Per Ankh Maâtinik

Il est aisé de constater qu’en raison de l’esclavage et de la colonisation organisés par les nations européennes dès le XVème siècle, le Monde Noir a été arbitrairement exclus de l’histoire intellectuelle de l’humanité dans pratiquement tous les domaines (mathématiques, architecture, philosophie, religion, médecine, organisation sociale, etc.). Tous les nombreux témoignages antiques et médiévaux, faisant état du Génie Africain, ont été effacé des mémoires des hommes, engendrant ainsi un formidable taux d’aliénation culturelle.

Est-il possible de poursuivre encore sur cette voie ? Naturellement non, car nous constatons que les jeunes générations ont plus que jamais besoin de repères positifs issus de leur patrimoine historico-culturel pour pouvoir s’épanouir humainement.

Conscient de cet état de fait, nous avons souhaité mettre à votre disposition un institut d’enseignement performant et moderne, dédié à l’étude pédagogique de nos Humanités Classiques Africaines. C’est donc la vocation que s’est fixée toute l’équipe dirigeante de l’Institut Per Ankh Maâtinik.

D’où vient le terme « Per Ankh » ?

Il y a plus de 5 000 ans, nos ancêtres Africains de la vallée du Nil désignaient par le terme « Per Ankh », soit la « Maison de Vie », l’Institution Scolaire où ils transmettaient aux jeunes générations, leurs savoirs et connaissances. A ce titre leur disaient-ils, « la première des Connaissances est la Connaissance de Soi-même » ! N’avaient-il pas raison ?

Approche méthodologique

L’Institut Per Ankh Maâtinik, dans le cadre de ses cours dispensés sur la région de Fort de France, s’appuie sur les deux manuels pédagogiques suivant :

– Le Manuel d’Apprentissage des Médou Nétcher valorisant la méthode DJÔDEKAM

– Le Manuel d’Etudes des HCA (Humanités Classiques Africaines).

Les cours formalisés et présentés par N. Kalala OMOTUNDE, s’articulent autour de 6 modules d’enseignement et divers exercices de vérification des connaissances, afin de permettre à chacun de saisir les fondements et les enjeux des HCA. A cela s’ajoute les conférences publiques, les sorties pédagogiques et les séminaires réservés aux étudiants.

La rentrée des classes, qui a lieu tous les mois de novembre, offre ainsi à de nouveaux étudiants, l’opportunité de venir enrichir leurs connaissances.

D’où vient le terme Humanités Classiques Africaines ?

Le terme Humanités Classiques Africaines a été utilisé pour la première fois par le professeur Cheikh Anta Diop pour désigner notre patrimoine historique Égypto-nubien. « J’ai voulu » disait-il, « dégager d’une façon générale, l’unité culturelle africaine et d’un autre côté, animer l’histoire de tout le continent sur une période de 2000 ans au moins ».

Celui-ci développa l’idée pertinente que les civilisations de la vallée du Nil (Égypte, Nubie) devront à l’avenir servir de socle pédagogique dans le domaine de l’enseignement scolaire en Afrique et au-delà (diaspora africaine).  Ceci afin de créer un profond sentiment d’unité panafricaine (communauté de destin) et de stimuler des initiatives collectives dans de nombreux domaines (énergie, industrie, universités spécialisées…).

Découvrez le site facebook de l’Institut Per Ankh Maâtinik : https://fr-fr.facebook.com/perankhmaatinik/

A savourer sur Martinique 1ère

Leave a Reply

Your email address will not be published.